MAISŒN D'ÉDITION
& LABEL DE MUSIQUE

TRILOGIE SOUTERRAINE

Un ouvrage de Lou-Maria Le Brusq.

©

BB18R, Sous le Tunnel La Plage et BASTE!, trois textes écrits d'une année à l'autre qui témoignent à leur façon, de la formation d'un groupe. Trois temps, trois évènements, racontés à plusieurs personnes, du Je au Nous, du Nous au Ils.

2014 - Lyon - Six-cent mètres de câble, une caméra, deux micros, un égout, un touret.
BB18R - ou Be Back Later, est une performance pensée par Théo Revelen-Bernard, Matthieu Reynaud, Perrine Forest, et Lou-Maria Le Brusq, réalisée le seize avril deux-mille-quatorze par eux-mêmes et avec l’aide de Simon Chambon-Andréani au Lavoir Public, à Lyon. Une descente souterraine impulsée par l’image de la luciole, suggérée ici, comme les corps de Pasolini, par l’un d’entre-nous. Mais aussi par le Manuel du Guérillero Urbain de Carlos Marighella, Le Sabotage d’Émile Pouget et Contribution à la Guerre en Cours, de Tiqqun, que l’on retrouve fragmentés, dispersés, tout comme les individualités qui peuplent ce souterrain. Cut-Up non-hystérique et réfléchi, pensée multiple et partagée d’une ébauche de ce qui deviendra ensuite, Silo.

2015 - Sous terre - Un soir d’avril, un tunnel loin sous le niveau de la mer, résonne. MTUA joue, seul, au fond d’un boyaux sombre, quelques spectateurs amassés devant les vagues sonores du musicien. Le Je du narrateur y est absent, et tente de re-composer l’expérience. Aux prémices du texte, un échange entre Théo et Lou-Maria, elle se substituant à lui par l’écriture. Les points de vues se mêlent pour former un témoignage incertain, néanmoins affirmé par l’assertivité des mots. Le narrateur s’immice dans un réel qui ne lui appartient pas, faisant corps avec cette foule réunie par l’invitation, et fantasme le groupe aux yeux fermés. La métaphore du navire commence à apparaitre, les volontés se croisent et composent en négatif un projet en devenir.

2016 - Bruxelles - Après un Éclat d’un mois, en septembre deux-mille-quinze, première réunion à la cave coopérative de Cannes-et-Clairan, le groupe est séparé. Une nouvelle façon de concevoir le travail collectif s’amorce : il faut se répandre sur des canaux de communications encore peu fréquentés et organiser la tempête à venir. Un temps. Réunis au Cinéma Nova, le six juin deux-mille-seize, pour lancer le navire, Baste! comme un pamphlet. Baste! comme une rouste distribuée à la volée. Baste! pour mettre fin à quelque chose, Baste! pour l’établissement d’un nouvel ordre. Révolution interne et douce, officielle aux yeux du monde mais toujours officieuse au sein du groupe. Baste! oral comme un Ouste!, une ouverture, une projection vers l’extérieur, Baste! placardée sur les murs de vos villes, dans vos salons, vos toilettes, partout, Baste! pour toujours !

11,5cm par 21,5cm, 48 pages cousues composées manuellement en Vendôme, Caravelle et Chambord par Natalia Paez Passaquin, Milan Fournier Novak & Théo Revelen Bernard ainsi qu'en caractères numériques Allegrya et Formata par Roxanne Maillet et Lou Maria Le Brusq. Foulé à 210 exemplaires sur du papier Saville Row Plain 200g et Arcoprint 120g à l'aide d'une Heidelberg OFMI et dupliqué à l'aide d'une Riso.

ISBN 979 10 96362 00 4