Le label
SILO est un label de musique contextuelle. Il se définit de la sorte car il n’existe aucune limite de genres, d’instruments, de formats ou de sensations sonores qu’il ne souhaite explorer. Son unité vient de l’espace acoustique dans lequel il propose aux artistes de s'essayer à leurs savoirs-faire respectifs : un large silo de béton s’élevant sur dix mètres attenant à la cave coopérative de Cannes-Et-Clairan. L’expérience du son y est introspective et éminemment physique. Dans cet espace aux propriétés acoustiques hors norme c’est la nécessité de l’attention qui s’impose.
Chaque année, Silo travaille à l’édition d’un disque vinyle qui tente de donner à entendre la multiplicité des approches et des sensibilités à l’œuvre au sein de sa résidence. Pour cela, nous sélectionnons parmi les nombreux enregistrements effectués sur place ceux qui nous semblent les plus aboutis et entrons en dialogue avec les auteurs. Certains enregistrements sont simplement nettoyés tandis que d’aucun préfèrent engendrer une seconde phase de composition post-résidence. Une fois cette première sélection élaborée, d’autres extraits sont travaillé pour la mise en place d’un archivage sur cassettes audio que nous avons appelées classe 7. Peu à peu le label fédère autour de lui un ensemble hétéroclite d’artistes compositeurs, de musiciens et de performers. Durant l’année nous organisons de nombreux concerts et évènements. Ces moments investissent des lieux aux caractéristiques singulières et engagées : squats, ateliers autogérés, architectures urbaines abandonnées, sous-terrains ou cratères de volcan nous permettent d’expérimenter des configurations dénuées de contraintes qui ouvrent de nouvelles possibilités d’écoute. Nos pochettes sont imprimées à l’aide de caractères typographiques en plomb et en bois, découpées et façonnées par le collectif au sein de l’atelier 
typographique des Éditions Encre & Lumière.
Quelques artistes édités par le label :
MTUA – Tom Villiers Moriame – Vincent Roussel - Käpäk – Bugaled/Blove – MMY – Léa Caussat – Anna Holveck – Fabrik – La Houle – Seabuckthorn – Vahan Soghomonian – Tomi Yard – Vincent Gallo – Tucuxi – Romain de Ferron – And The X… N'oublions pas nos nombreux amis et musiciens venus expérimenter au sein du Silo ou jouer à nos concerts ! Les sorties du label sont distribuées par Chez Émile, disquaire, ami et distributeur à Lyon.

La maison d'édition
Au sein de l’atelier situé dans la cave coopérative, il est possible d’enrichir nos pratiques contemporaines par la redécouverte de techniques analogiques. Le rapport au mot via la composition manuelle est plus lent, plus profond. Chaque lettre se trouve matérialisée et révèle sa pesanteur, sa densité. Nous partons du postulat qu'une technique moderne n’en chasse pas une autre mais cohabite avec celle qui la précède. Il s’agit de conjuguer nos acquis et nos découvertes, d’expérimenter ensemble en faisant s’entrecroiser les techniques d’impression et les modes opératoires actuels et anciens. C’est ainsi que nos publications allient le plomb et le numérique, ne se limitant pas à nos seuls savoirs-faire. Par exemple, notre édition du Manifeste des “extrait(s) de l’arène” nous a permit d’entreprendre la composition au plomb d’un texte initialement écrit et pensé pour la diffusion web. Cet objet posait le premier jalon d’une envie de faire se rencontrer les méthodes contemporaines et les techniques anciennes. Nous avons poursuivi ce désir en éditant le texte “Trilogie Souterraine” au sein duquel foulage à plat et risographie se chevauchent.
Par le développement de telles formes et par cette pratique anachronique nous tentons de tirer l’avantage de la coexistence des technologies anciennes et actuelles. Durant l’année nous éditons la revue Librarioli. Avançant par ordre alphabétique chacune des occurrences de cette revue propose, par la mise en exergue d’un mot spécifiquement choisi, un cadre de pensée. Compilant et agençant les propositions de contributeurs, elle devient un endroit de réflexion et de diffusion de textes, de travaux d’artistes et de théoriciens. Nos choix éditoriaux témoignent d’un espace de création réellement collectif et collaboratif. Nous sélectionnons des écrits dont les propos comme les processus d’émergence résonnent étroitement avec les problématiques du collectif. Nous souhaitons mettre en avant des processus d’écriture à plusieurs mains, développer des allers retours infinis entre les mots et leurs traductions visuelles… À l’image du label nous souhaitons explorer la création littéraire dans sa plus grande amplitude, en faisant fi des questions de genre ou de style. Nourris par un intérêt spécifique pour les typologies d’écriture hybride, notre sensibilité se situe dans des domaines à mi-chemin entre le réel et la fiction : comptes rendus d’expériences collectives, récits de voyages imaginaires ou non, paroles glanées, proses, cut-ups, approches documentaires nourrissant l’écriture d’essais et/ou de fictions, essais théoriques, manifestes… sont autant de formes que nous affectionnons particulièrement et que nous souhaitons mettre en page et diffuser.

La résidence
Le collectif SILO organise depuis 2015 une résidence annuelle dans le sud de la France au sein de l’ancienne cave coopérative viticole occupée depuis vingt cinq ans par la maison d’édition Encre et Lumière. Celle ci s’y tient tous les mois de septembre et est précédée de quinze jours de chantier. Avec la proximité du silo, une large cuve à vin reconduite en laboratoire sonore, et de ses multiples semblables aux acoustiques réverbérantes, le bâtiment invite, par son architecture même, des possibilités de recherches sonores extrêmement larges. L’imprimerie que le bâtiment abrite est constituée d’un atelier typographique fourni de centaines de casses, d’un massicot, de deux presses (OFMI & Korrex) ainsi que d’une riso. Le collectif comme les résidents sont accueillis au sein d’un espace qui vit et œuvre depuis vingt cinq ans. Depuis une génération il est entièrement dédié au façonnage d’ouvrages poétiques, à la recherche et aux manifestations artistiques. Jean-Claude Bernard, maître typographe, imprimeur et éditeur de la maison ‘Encre et Lumière’ transmet avec plaisir son savoir aux membres du collectif qui conduisent la résidence éditoriale. Sonia Bernard Aubry, lithographe, et Yann Aubry, grand bricoleur et touche à tout, vivent tous deux dans une aile du bâtiment et participent à la résidence.

Collectif et équipe
Théo Revelen-Bernard, Lou-Maria Le Brusq, Matthieu Reynaud, Cyril Makhoul, Fabien Ainardi, Antonin Detemple, Liza Maignan, Milan Fournier Novak, Pauline Vey, Quentin Thirionet, Vincent Jehanno, Lauren Sanchez Calero, Heloise Rochette, Jean Claude Bernard, Sonia Bernard Aubry, Yann Aubry

Résidents accueillis
Irwin Barbé, Roxanne Maillet, Iommy Sue, Aude Van Wyller, Jack Tezam, Tomi Yard, Vahan Soghomonian, Mona Chancogne, Olga Bientz, Harold Barme, Vincent Roussel, Tom Villiers Moriame, Julien Savoye, Anna Holveck, Joachim Glaude, Chloé Revel, Vincent Gallo, Thibault de Raymond, Mael Gros, Pierre Masclef, Antoine Bachman, Nadia Bonneau, Seabuckthorn, Igor Myrtille, Léo Gravelin, Eugène Blove, Marthe Jung, Léa Caussat, Nicolas Macumi, Quentin Moskovtchenko, Ougdeulpadille, Fabrik, Célestin Krier, et de nombreux complices à venir.

Les activités développées par SILO sont multiples et nous nous définissons comme un collectif d’artistes, un label de musique et une maison d’édition, mais avant tout un groupe d’amis. Notre rencontre remonte à quelques années lorsque nous étions encore étudiants. Le désir de se rassembler pour créer et la nécessité de s’organiser face aux configurations qui tendent à nous être imposées nous ont amenés à identifier les prémices de ce que deviendra plus tard le collectif SILO. Puis, le petit groupe d’amis s’est enrichi de nouvelles individualités, dessinant des pratiques de plus en plus affirmées.
Nous nous inscrivons dans une scène artistique qui voit émerger de toute part de nombreuses initiatives qui font échos à notre élan. Des quatre coins du pays, comme ailleurs, nous observons un désir commun de faire s’entrecroiser les publics, les lieux, les luttes sensibles et politiques, qu’il s’agisse de la musique, d’édition, ou bien de quelques pratiques artistique qu’il soit. Il est un air du temps que nous cherchons à traverser. Essayer de saisir et de jouer avec la température du monde…Nous ne devons nous soustraire à cet air du temps car il est bien l’endroit où s'inscrivent les effets d’une politique, d’une création, d’un désir. Mais il est important de trouver ailleurs les origines de nos désirs, dans le champs des possible indissociable du collectif.
Plus qu’un collectif d’artiste, nous pouvons nous définir comme une force en perpétuel devenir, un champ de potentiels. Nous n’avons pas de limites concernant les membres qui nous composent ou quant aux topographiques que nous habitons. Nous sommes dispersés (Lyon, Paris, Haute-Loire, Cannes et Clairan) et pourtant unis, toujours un regard vers le dehors. Car c’est bien du dehors, c’est à dire des rencontres avec l’autre, que provient la transindividualité du collectif. Et cette pensée du dehors est une pensée de résistance. Elle affirme la nécessitée d’un métissage technique et conceptuel. Elle sous-entend un vas-et-vient permanent entre plusieurs individualités, elle se vit au quotidien.
Nous inventons au jour le jour nos propres méthodes pour avoir toujours un oeil disponible sur le dehors avec lequel nous conjuguons. Aucun médium n’est évincé et nous essayons de faire en sorte que chaque parole puisse être entendue, qu’elle émane du collectif ou qu’elle en soit extérieure. Ainsi nous éditons disques vinyles, cassettes audios, livres, affiches, nous organisons des concerts sauvages, des soirées d’écoutes en multiphonie, des lectures, projections, expositions, performances, happening, émission de radio, manifestations … Nous conjuguons avec nos erreures et nos savoir faire. Nous nous glissons dans chaque espace que nous pouvons investir.
Cependant, il existe un lieu que nous avons élu comme notre fief : l’ancienne cave coopérative de Cannes-et-Clairan et sa cuve attenante rebaptisée le Silo. Il s’est d’ailleurs plus présenté à nous comme une évidence que par défaut. Les propriétés acoustiques du Silo et l’atelier typographique de notre hôte Jean-Claude Bernard, fondateur des Éditions Encre et Lumière, installé dans la cave coopérative en fait un territoire de création inépuisable. Ce lieu chargé d’histoire est pour nous un point de ralliement, un ancrage qui nous prodigue sécurité et quiétude, notion essentielles pour permettre l’invitation. Il s’agit d’y inviter autant d’individualités qui souhaitent partager avec nous ces moments de vie, et de s’essayer à des pratiques inconnues au sein de cet endroit que l’on désire en marge des espaces-temps balisés.