Le label
Le label propose aux artistes qu’il accompagne de se rencontrer et d’expérimenter des dispositifs inédits au sein d’un large silo en béton dans lequel les sons virevoltent et tournoient à l’infini. L’expérience du son y est introspective et éminemment physique.
Ces résidences fonctionnent comme des errances atemporelles : en apnée au creux des circonvolutions d’un espace vibratile généreux et exigeant qui impose ses propres règles. C’est la nécessité de l’attention qui s’impose. La résidence initiale de septembre 2015 à permis deux sorties. La première prend la forme d’un double vinyle édité à 500 exemplaires avec le disquaire et distributeur Chez Emile. Elle présente les collaborations inédites entre Tom Villiers-Moriamé (Oud), Vincent Roussel (enceintes préparées et objets sonores) et MTUA (machiniste). Un double vinyles aux accents résonant et texturés par- fois harmonieux, parfois électriques.
La rencontre entre les membres de SILO et les éditions Croatan a fait naître la deuxième sortie. Un featuring sur format cassette, co-édité à 150 exemplaires. Celle-ci retranscrit les pérambulations sonores de Käpäk et MTUA au sein du silo. Entre expérimentations électroacoustiques et chants résonnants, l’objet est composé d’un livret sérigraphié de dix illustrations faites points par points par Jack Tezam, fondateur des éditions Croatan. La seconde résidence aura vu un nombre croissant de musiciens et expérimentateurs appréhender l’espace acoustique du silo. Les prochaines sorties musicales retranscrirons cette multitude d’approches. Peu à peu le label via l’expérience du silo fédère autour de lui un ensemble hétéroclite d’artistes compositeurs, de musiciens et de performers. Durant l’année nous nous déplaçons et avons à cœur de mettre en œuvre des évènements qui permettent aux différents résidents de venir s’exprimer et de se rencontrer à nouveau.

La maison d'édition
Au sein de l’atelier situé dans la cave coopérative où se déroulent les résidences c’est un axe de recherche technique et conceptuel qui se développe. Durant les temps de résidence nous proposons aux auteurs de venir participer activement à la matérialisation de leur ouvrage. L’atelier de typographie présent sur place permet aux résidents comme aux membres du collectif de redécouvrir les anciennes méthodes d’impression via l’utilisation des caractères mobiles et des presses Heidelberg. L’édition du Manifeste des ‘extrait(s) de l’arène’ nous avait permit d’entreprendre la composition au plomb d’un texte initialement écrit et pensé pour la diffusion web. Cet objet posait le premier jalon d’une envie de faire se rencontrer les méthodes contemporaines et les techniques anciennes. Nous avons poursuivit ce désir en éditant le texte ‘Sous le Tunnel la Plage’ au sein duquel foulage à plat et risographie se chevauchent. Par le développement de telles formes et par cette pratique anachronique nous tentons de tirer l’avantage de la coexistence des technologies anciennes et actuelles.

Durant l’année nous éditons la revue Librarioli. Avançant par ordre alphabétique chacune des occurrences de cette revue propose, par la mise en exergue d’un mot spécifiquement choisi, un cadre de pensée. Compilant et agençant les propositions elle devient un endroit de réflexion et de diffusion de textes, de travaux d’artistes et de théoriciens.
Enfin, nous travaillons à proposer plusieurs lignes éditoriales. L’une axée sur des écrits théoriques de jeunes artistes ou théoriciens, réflexions artistiques, politiques ou sociales, en lien étroit avec les problématiques du collectif et proposant ainsi une plateforme de diffusion pour la critique contemporaine.
Une autre présentera livres d’artistes et expérimentation plastiques pour ainsi témoigner du désir actuel d’expression de recherche graphique.
Les écrits d’artistes fictionnels, poétiques, littéraires sont autant de contenus que nous souhaitons de tout cœur promouvoir au sein de SILO.

La residence
Le label propose aux artistes qu’il accompagne de se rencontrer et d’expérimenter des dispositifs inédits au sein d’un large silo en béton dans lequel les sons virevoltent et tournoient à l’infini. L’expérience du son y est introspective et éminemment physique.
Ces résidences fonctionnent comme des errances atemporelles : en apnée au creux des circonvolutions d’un espace vibratile généreux et exigeant qui impose ses propres règles. C’est la nécessité de l’attention qui s’impose. La résidence initiale de septembre 2015 à permis deux sorties. La première prend la forme d’un double vinyle édité à 500 exemplaires avec le disquaire et distributeur Chez Emile. Elle présente les collaborations inédites entre Tom Villiers-Moriamé (Oud), Vincent Roussel (enceintes préparées et objets sonores) et MTUA (machiniste). Un double vinyles aux accents résonant et texturés par- fois harmonieux, parfois électriques.
La rencontre entre les membres de SILO et les éditions Croatan a fait naître la deuxième sortie. Un featuring sur format cassette, co-édité à 150 exemplaires. Celle-ci retranscrit les pérambulations sonores de Käpäk et MTUA au sein du silo. Entre expérimentations électroacoustiques et chants résonnants, l’objet est composé d’un livret sérigraphié de dix illustrations faites points par points par Jack Tezam, fondateur des éditions Croatan. La seconde résidence aura vu un nombre croissant de musiciens et expérimentateurs appréhender l’espace acoustique du silo. Les prochaines sorties musicales retranscrirons cette multitude d’approches. Peu à peu le label via l’expérience du silo fédère autour de lui un ensemble hétéroclite d’artistes compositeurs, de musiciens et de performers. Durant l’année nous nous déplaçons et avons à cœur de mettre en œuvre des évènements qui permettent aux différents résidents de venir s’exprimer et de se rencontrer à nouveau.

C’est au début d’un mois de septembre que nous nous sommes retrouvés à l’abri d’une cathédrale de béton et de métal. Peu de temps aprés notre arrivée les dalles se sont mises à vibrer. De l’agitation du sol se sont levées des volutes poussiéreuses où flottaient de la poudre de plomb et quelques éclats d’encre. Ensemble on a tournoyé. Au petit matin, comme une évidence, nous avons décider que le cylindre de béton serait notre fief, et qu’à l’intérieur on y ferait bien ce que l’on voudrait. Alors, jours et nuits la cardiaque rythmée des presses Heidelberg a répondu aux vrombissements qui grossissaient au creux de notre nouveau brise-lames : Le SILO était né.
Et puis, la troupe a grandie et les amis sont venus apporter leurs scintillements aux sonorités primordiales. Un imaginaire commun, au fil du temps, voit le jour. Certains descendent au creux du sombre et partent à la recherche de fragments lumineux tandis que d’autres se rêvent en héros et décrochent avec panache les emblèmes du pouvoir. Lorsque nous côtoyons l’urbain il est question de trouver des ouvertures, de se glisser dans les failles, de faire résonner les caves oubliées. Le jour on opère avec discrétion en élaborant quelques stratégies qui visent à décaler le réel en l’infiltrant, la nuit, nous faisons briller des lucioles et mugir des mécaniques trop souvent tues. Au sein du groupe c’est l’amitié qui prime. Une vision commune pressentie plus qu’énoncée. Une troupe soudée bien qu’éparse qui avance de concert, patiemment, à mi chemin entre le rêve et le réel, au dessus, en deçà, et au même niveau que la rue.

Les activités de SILO s’orientent autour de deux pôles :

• Un label de musique dont la pratique est contextuelle
et expérimentale.

• Une maison d’édition qui allie livres d’artistes,
expérimentations des techniques d’impression
et publications web.

Les résidents
Théo Revelen Bernard, Lou-Maria Lebrusq, Mathieu Renaud, Cyril Makhoul, Fabien Ainardi, Mika Oki, Irwin Barbé, Ronald Fagot, Luther Heter, Lauren Sanchez Calero, Iommy Sue, Liza Maignan, Aude Van Wyller, Antonin Detemple, Jack Tezam, Michelle Evans, Vahan Soghomonian, Qu Kû, Yann Aubry, Mln Milouzki Nvk, Mono Bis, Rémi Thomas, Harold Barme, Vincent Roussel, Jean Mariotti, Zigoo Envmod, Anna Holveck, Tom Villiers Moriamé, Héloïse Rchte Guglielmi, Chloé Revel, Vincent Gallo, Joachim Glaude, Pauline Laufmöller-Marlier, Thibaut de Raymond, Nadja Bw, Andy Cartwright, Léo Gravelin, Olga Bientz, Hugo Saugier, Adrien Pain, Minimini Mala, Eugène Blove, Pauline Lespiau, Marceau Beyer, Pauline Vey, Marthe Jung, ホア キン, Jonas Bernath, Léa Caussat, Dalas Randalas.

Les activités développées par SILO sont multiples et nous nous définissons comme un collectif d’artiste, un label de musique et une maison d’édition. Nous nous inscrivons dans une scène artistique actuelle qui voit émerger de toute part de nombreuses initiatives qui font échos à notre élan. Des quatre coins du pays, comme ailleurs, nous remarquons qu’un désir commun de faire s’entrecroiser les pratiques, les publics, les lieux, les luttes sensibles et politiques apparaît. Nous savons par nos aînés que ‘l’être artiste’ est aujourd’hui plus dur mais nous n’avons pas fait l’expérience de l’hier. Nous inventons donc, au jour le jour, nos propres méthodes en fonction de cette conjoncture qui est - en plus d’être la notre - la seule que nous connaissons. Comme une évidence nous créons du commun autour d’un lieu chargé d’histoire. Au sein de cette ancienne cave coopérative dans laquelle des machines typographiques centenaires continuent de chanter, nous organisons «des temps de résidence». De résider il s’agit aussi de vivre, d’habiter et d’occuper.

Nous invitons et accueillons afin de permettre des rencontres et de fédérer des êtres qui, tous créateurs à leur manière, éprouvent le désir de découvrir des altérités contextuelles, sensorielles et humaines. Comme nous l’avons éprouvé durant la première résidence annoncée, les raisons de nous rejoindre étaient multiples. Toutes s’avérèrent légitimes et nous avons découverts avec surprise et plaisir que nous avons su susciter un réel engouement pour nos activités. Parfaire ou découvrir certains savoirs, développer de bout en bout un projet artistique, aider quelques jours au chantier, participer à la vie commune, rencontrer des aînés... La résidence se forme par la mise bout à bout de l’ensemble de ces instants lors desquels se mêlent compositeurs électroniques et musiciens issus de formations classiques, novices et confirmés, vidéastes et danseurs, web-designers et le maître typographe, adolescents du village et performers bruxellois...

Nous tentons, par nos activités de label et de maison d’édition, de rendre compte de l’intense potentiel vivifiant que représentent l’ensemble de ces rencontres, de ces hybridations, de ces entrechoquements. En tant qu’artistes nous sommes à la croisée d’une approche à la fois sensible et intellectuelle, poétique et politique, pratique et abstraite. Les formes éditées que nous créons et mettons en mouvement sont les témoignages montés et agencés de ces différents tâtonnements, de ces entre-croisements et de ces chocs que nous tentons de rendre visibles autant dans les formes que dans les contenus.